Miscellanée de réflexions

[01-2010] Pearltrees, ou la fixation et la classification du web

22 juin 2011 | 1 commentaire

Un service indispensable est né il y a bientôt un an, un service qui se propose en toute simplicité de révolutionner notre approche d’internet. Ce service, c’est Pearltrees, et en tant qu’utilisateur forcené depuis sa création, il me semble qu’il est temps de faire partager mon avis qui, une fois n’est pas coutume de ma part, sera à la limite du dithyrambe. Partons pour une petite exploration tant du service que de l’entreprise, jeune pousse française située dans le XIème arrondissement de Paris.

Lire la suite »

[03-2009] SmallBrother, objectif « Courriel-International »

8 juin 2011 | Pas de commentaire

Après avoir introduit dans un précédent billet les projets français concernant le journalisme de liens, et proposé une analyse du fonctionnement d’aaaliens – clairement le site le plus expérimental – , je vais m’attacher ici à l’analyse de SmallBROTHER, projet lancé il y a quelques mois déjà et d’apparence plus « conventionnelle » .

 


MISE À JOUR, mai 2011

Le site est hors service, après un lent déclin.


 

Les fondateurs de SmallBROTHER, non-journalistes mais tous les trois rattachés de près ou de loin au monde des médias , ont de hautes ambitions affichées pour leur site de re-médiation : l’objectif est de devenir une(la) référence généraliste du journalisme de liens dans l’espace francophone. Pour y parvenir, les fondateurs ont choisi de développer un modèle basé sur une sélection dont le seul filtre sera la qualité des articles, ainsi que sur une éditorialisation « multi-spécialisée » obtenue grâce à l’équipe du projet – composée des trois fondateurs et d’une douzaine de contributeurs – mais aussi grâce à la fédération d’une communauté de lecteurs-membres.

J’écrivais il y a quelques semaines que SmallBROTHER, à l’inverse d’aaaliens, semblait peu susceptible d’évoluer dans les grandes lignes, et possédait donc moins d’intérêt dans le cadre d’une analyse critique. Ce qui suit infirme partiellement cette remarque, et montre un projet finalement plus séduisant que prévu. Je rappelle avant toute chose que le site internet est encore dans une phase « beta » , à l’image d’aaaliens : cet article ne saurait être définitif sur le sujet même si SmallBROTHER est d’aspect plus figé à cause de son fonctionnement.

Cet article contient également les réponses et précisions apportées par Tarek Daher et Stéphane Charbit, deux des trois fondateurs du projet SmallBROTHER. Ces derniers m’ont en effet proposé de leur poser mes questions de vive voix après les avoir reçues par courriel, ce que nous avons fait le 18 mars 2009. Cette discussion – plus qu’interview – figure ici sous une forme éclatée et complètement intégrée au billet.

Lire la suite »

[02-2009] Academic Earth : le meilleur de l’enseignement américain en vidéo

8 juin 2011 | Pas de commentaire

Page d'accueil du projet Academic Earth

Après le programme Open Course Ware , achevé depuis l’année dernière et qui donne accès en ligne et gratuitement à l’intégralité des différents cursus du MIT ; un autre projet lancé en septembre 2008 est en train de faire parler de lui – à raison – aux Etats-Unis. Academic Earth s’est donné un objectif ambitieux : rassembler en vidéos les cursus intégraux et les interventions d’experts des plus grandes universités américaines.

Lire la suite »

[06-2008] Freebase et Thinkbase : la connaissance et les connexions

8 juin 2011 | Pas de commentaire

Je vous avais parlé il y a quelque temps du NNDB Mapper, outil permettant de visualiser les connexions – et leurs qualités – entre plus de trente mille personnes connues, très majoritairement américaines, assez intéressant notamment pour comprendre quels sont les différents réseaux de carnets d’adresses.

Je vais cette fois-ci vous parler de deux projets complémentaires dont le résultat est similaire à NNDB Mapper en regardant de loin, mais dont le potentiel est infiniment plus vaste même à court terme.


Lire la suite »

[05-2008] Essai de l’encyclopédie Britannica sur internet

8 juin 2011 | 1 commentaire

Je vous avais parlé la semaine dernière de l’offre de l’encyclopédiste anglophone Britannica, permettant à tout possesseur de site ou de blog d’obtenir après demande la gratuité totale du contenu en ligne, mais aussi de partager les articles avec ses lecteurs. L’encyclopédie en ligne Wikipedia est clairement ici en ligne de mire, Britannica voulant montrer au plus grand nombre sa supériorité, permettant de gagner des abonnés – 7.50€ par mois tout de même – sans parler de la publicité gratuite faite par lesdits blogueurs. La condition étant claire : Britannica se revendique comme très supérieure à Wikipedia, mettant en avant l’argument de la spécialisation de ses rédacteurs parfois prix Nobel.

Cet essai est totalement non exhaustif, j’ai regardé les articles correspondant au billet que je compte faire après celui-ci sur Britannica et Wikipedia – versions françaises et anglaises de cette dernière – , ainsi que l’article France pour estimer la fiabilité des infos que je connais à priori le mieux.

Lire la suite »

[05-2008] La tardive réplique des encyclopédies papier à Wikipedia

8 juin 2011 | Pas de commentaire

Comme vous avez pu le constater, je m’intéresse grandement à l’évolution de la propagation universelle de la connaissance, et plus largement de l’information non prémachée. Et l’actu est riche en ce moment sur le sujet. Ainsi, depuis 15 jours les encyclopédistes « papier » que sont Britannica et Larousse se dont décidés à venir concurrencer Wikipedia sur son propre terrain – à savoir la connaissance gratuite en ligne – par des méthodes très différentes.

Mais d’abord, faisons un état des lieux : les grandes encyclopédies ont quasiment totalement disparu de la circulation face à internet – et Wikipedia bien sûr - , en effet qui va aller payer plus de mille euros pour 20 tomes dont le savoir va se faner à moyen terme alors que le quasi-équivalent est disponible sur Wikipedia ou le reste d’internet pour rien, et ce avec une ergonomie – les liens hypertextes – inégalable par le papier ? Seules les petites encyclopédies types « Petit Larousse » survivent à peu près, leur faible prix étant un atout certain.

Lire la suite »

[04-2008] Un nouveau pas vers la connaissance universelle (2)

31 mai 2011 | Pas de commentaire

Après la mise en ligne récemment par le MIT de l’intégralité de ses cursus gratuitement, et après le projet Wikipédia bien sûr, un autre grand projet est lancé, qui intéressera essentiellement ceux qui travaillent dans le monde du vivant puisqu’il ne se propose pas moins que de constituer une encyclopédie des espèces animales connues – disparues ou contemporaines – en ligne et encore une fois gratuite.

Le projet Encyclopedia Of Life a pour origine des universitaires américains de la côte Est, le financement d’une fondation et de dons, tout est clairement expliqué dans leur FAQ. Le projet se veut collaboratif, mais exclusivement créé, vérifié et mis à jour par des scientifiques volontaires, permettant par rapport à Wikipédia une précision et une justesse quasi totale des informations disponibles sur les diverses espèces.

Lire la suite »

[04-2008] Un nouveau pas vers la connaissance universelle

31 mai 2011 | Pas de commentaire

Wikipedia existe depuis plusieurs années maintenant, et ce avec un succès aussi massif que justifié vu la grande qualité globale du contenu généré par l’utilisateur. Bon, selon les langues les approches diffèrent un peu : plus encyclopédique et « sérieuse » pour la version francophone – donc plus limitée et restrictive, mais avec une volonté d’arriver à quelque chose d’abouti – ; totalement libre dans les sujets pour la version anglophone – ce qui peut également avoir un grand intérêt.

Le reproche récurrent qui était fait à Wikipédia était de n’avoir dans la majorité des articles que peu d’approfondissements directs – à la façon d’une Encyclopedia Universalis – , disons que ça manquait beaucoup de constance – c’est toujours le cas – dans la qualité générale des sujets, la plupart des articles étant bien plus des ouvertures sur les sujets, manquant souvent d’exhaustivité.

Lire la suite »

La paix des profondeurs, d’Aldous Huxley

21 décembre 2009 | Pas de commentaire

Question : comment combiner la croyance que le monde est dans une large mesure illusoire avec la croyance qu’il n’en est pas moins essentiel d’améliorer l’illusion ?

Aldous Huxley,

La paix des profondeurs ( “Eyeless in Gaza” en VO)

Aldous Huxley, génie déprécié et encore largement incompris, nous donne à lire cette pertinente sentence dans son livre le plus autobiographique (tellement, à vrai dire, que nombre de ses proches lui en voulurent) . En effet, lorsqu’on “sort” de l’illusion de Réalité, que l’on s’aperçoit qu’il existe autant de Réalités et de Vérités que de locuteurs (et qu’il est impossible de les départager dans l’immense majorité des cas, les sciences humaines étant ce qu’elles sont) , le défaitisme anticipateur n’est pas loin. Pourtant, même s’il semble alors vain de vouloir “changer le monde” ou même plus simplement les perceptions de nos contemporains, la croyance en la possibilité de sortir l’espèce de l’illusion est capitale ; car même si ce ne serait que pour convaincre une seule personne tout au long de sa vie, cet accomplissement (si faible soit-il) rendrait à cette vie la peine d’être vécue.

Imprimante solide low cost

24 novembre 2009 | Pas de commentaire

Je vous invite à regarder cette vidéo : on y découvre l’imprimante MakerBot, présentée par son inventeur, ainsi que de nombreux objets réalisables avec cette dernière. MakerBot est une idée de génie : pour moins de 1000 $, celle-ci permet de construire en résine des objets en trois dimensions de petite taille en résine, sans quasiment de limitation de forme. Et, bien évidemment, tout est Open Source, ce qui fera plaisir aux développeurs.

L’astuce réside dans une innovation technique fort intelligente : au lieu de déplacer la “tête d’impression” de cette imprimante en trois dimensions, c’est le support de l’objet qui se déplace en longueur et en largeur, permettant de faire drastiquement chuter les coûts de production. Il devient ainsi possible de modéliser n’importe quel objet créé par ordinateur en un rien de temps et pour un prix modique, ce qui devrait être d’une utilité certaine pour de nombreux projets nécessitant des modèles physiques, mais aussi pour des particuliers désireux de créer toutes sortes de petits objets plus ou moins loufoques.

Le prix est certes élevé pour le moment pour un accès réellement grand public, mais quand on se rappelle les prix des imprimantes il y a ne serait-ce que dix ans, on se dit que MakerBot est un premier pas fort encourageant… même si je doute à titre personnel d’une utilité grand public aussi large que pour les imprimantes personnelles. Cela n’en reste pas moins une belle démonstration technique et commerciale, et l’on souhaite bonne chance à son créateur pour améliorer son engin. Les curieux pourront consulter le blog de l’entreprise – riche en vidéos – , ainsi que la boutique afférente.

[Via Danger Room]

Contrat Creative Commons.

Contact

moktarama[at]gmail.com

Flux RSS

Recherche