Miscellanée de réflexions

Une résurrection, et un examen

24 juin 2011 | 4 commentaires

 

« Guess who’s back ? »

Rakim, 1997

 

Ce blog renaît aujourd’hui à cette nouvelle adresse. Une partie des archives des anciens blogs a été transférée ici, pas toutes malheureusement, par manque de temps, et parce que certains billets ne remplissaient pas vraiment de fierté leur auteur. Tout reste cependant consultable aux anciennes adresses, que vous pourrez retrouver via mon compte Pearltrees (visible à la page « A propos » ) dans le bien nommé dossier « old » .

Lire la suite »

[04-2008] De la pub Areva

8 juin 2011 | Pas de commentaire

Je vois depuis quelques jours que la campagne de publicité télé de l’entreprise publique et leader mondial du nucléaire Areva repasse en boucle. Y a même un site joli comme tout, on en mangerait de leurs barres d’uranium ! Bon alors tout d’abord, j’aimerais comprendre l’objectif de ce genre de campagnes institutionnelles. C’est destiné à qui franchement ? Au particulier qui n’a pas le choix ? Aux dirigeants d’EDF qui n’ont pas le choix non plus ? A attirer d’éventuels actionnaires pour faire monter son cours ? A préparer une privatisation en douceur ?

Lire la suite »

[04-2008] Quand Barjavel avait vu juste : du poulet sans poulets

31 mai 2011 | Pas de commentaire

L’espèce humaine semble avoir une capacité infinie à me surprendre, surtout là ou je ne l’attends pas : ainsi, l’organisation PETA – les fanatiques des droits des animaux qui se badigeonnent de sang et se mettent en barquettes – vient de proposer un prix d’un million de dollars pour qui arrivera à commercialiser avant 2012 dans plusieurs états américains de la viande synthétisée in vitro, on suppose par cultures cellulaires spécifiques. Bon, à priori ce sera plutôt pour 2015-2020 si on est réaliste, mais passons en revue les arguments évoqués, qui consistent essentiellement à vanter les conséquences d’un environnement totalement contrôlé, puisque de laboratoire :

Lire la suite »

[04-2008] De la peste brune qui revient en Europe

31 mai 2011 | Pas de commentaire

Ceci n’est pas un billet positif. Plutôt du genre consterné, et sacrément désespéré. Consterné de voir que la nature humaine est exactement aussi sombre que ce que j’en ai toujours pensé, n’en déplaise aux amoureux de l’Homme. Et désespéré de voir que c’est en Europe, aux mêmes racines qu’il y a quelques dizaines d’années, que cette noirceur semble s’épanouir le mieux, du moins si elle n’est pas extirpée soigneusement et méthodiquement par la puissance publique.

Pour l’instant, je vous semble un peu trouble. Je comprends. Pourquoi je m’emballe, oh l’Europe c’est démocratique, et tout et tout. Sauf que hors l’Allemagne la dénazification ne fut pas aussi forte et pédagogique, et on se le reprend logiquement en pleine gueule. Je ne désigne pas ici les débiles abâtardis et consanguins qui se trouvent glorieux à défigurer des pierres tombales dans la nuit, et qui, n’en doutons pas, pollueront encore longtemps le paysage européen. Là, je désigne le retour d’une xénophobie et d’une intolérance d’Etat, le tout couplé à un climat sacrément peu libre de pensée.

Lire la suite »

[04-2008] Des Jeux Olympiques et du boycott

27 mai 2011 | Pas de commentaire

Chose promise, chose due ! Le passage de la flamme olympique à Paris me semble une bonne opportunité d’en parler, au vu du grand barnum policier, diplomatique, politique, contestataire et militant que cela a engendré. Le voyage de la flamme olympique autour du monde, idée marketing/propagandiste – comme tant d’autres – ayant pour origine un IIIème Reich voulant profiter de l’opportunité représentée par l’organisation des Jeux Olympiques pour montrer sa supériorité technique – moyens mis en oeuvre pour que la flamme reste «en vie» d’Olympie à Berlin – et sa supériorité humaine – moyens phénoménaux mis en oeuvre pour que les athlètes allemands remportent un maximum de médailles – au monde, idée évidemment trop bonne pour mourir avec ses créateurs.

Lire la suite »

[04-2008] Lang et Gbagbo comme larrons en foire

27 mai 2011 | Pas de commentaire

Jack Lang, ce formidaable promoteur de la culture en France et dans le monde et accessoirement député du Pas-de-Calais, a dernièrement été rendre visite à Laurent Gbagbo, cet amical Président de Côte d’Ivoire dont les descriptions semblent différer légèrement selon les interlocuteurs. Ainsi, si le leader de la Lybie, Muhammar Khadafi estime « qu’il faut plusieurs Gbagbo » ; le Président du Burkina Faso a déclaré que « le problème de la Côte d’Ivoire était lié à la présence de Laurent Gbagbo à la tête de l’État » . Le parti socialiste avait même rompu tout contact après 2004, malgré l’ardente volonté de gauche de Gbagbo.

Lire la suite »

[04-2008] De l’indépendance des quotidiens français

27 mai 2011 | Pas de commentaire

Etant naturellement porté à me laisser aspirer par toute discussion politique qui traine dans les parages, souvent telle ou telle info est citée, et inévitablement cela dérive sur les médias – car untel estime que ce que dit ce journal n’est pas fiable, par ailleurs le plus souvent, étrangement ce journal est situé d’un autre bord politique :-) – et leur indépendance des pouvoirs politique et financier. Forcément, cela fait un petit moment que je me suis renseigné, et de toute manière, vu les mouvements capitalistiques des dernières années dans les médias français, un lecteur de quotidiens en a forcément lu quelque chose.

Mais avant tout, qu’est-ce qu’un média indépendant ? J’aurais tendance à dire que c’est un média qui reste à distance raisonnable des susdites puissances, et qui idéalement est possédé par ses employés et lecteurs. Mais avec ce filtre, vous verrez que les médias français totalement indépendants se comptent sur les doigts d’une main de lépreux. En étant moins intrangiseant, on pourrait considérer qu’un média est indépendant si son propriétaire se tient lui-même à distance des pouvoirs politique et financier. Il paraît évident que le journalisme reste le plus possible indépendant des puissances de pouvoir et d’argent, vu qu’en France il est déjà relativement bien protégé des atteintes de l’Etat lui même.

Enfin, pour couper court aux critiques, indépendance ne veut pas dire fiabilité des informations, loin de là, du moins pas plus que les médias dits non-indépendants. Mais cela ne veut pas dire pour autant que l’indépendance ne se voit pas, bien au contraire. En dehors des gros scoops, cela tient plus à la manière dont sont présentées les informations, au lexique employé pour parler de tel ou tel, à la place qu’occupent ou non certaines informations dans la mise en page, pour faire bref je dirais que c’est l’objectivité globale – dont se parent la plupart des médias, à tort d’ailleurs – qui est en jeu le plus souvent.

Lire la suite »

La myopie fiscale des médias suisses

17 décembre 2009 | Pas de commentaire

L’actualité franco-suisse fut particulièrement riche aujourd’hui. On apprit en effet coup sur coup le refus suisse de signer prochainement (comme cela était prévu) un traité fiscal avec la France suite à l’affaire du “rapatriement” (du vol diraient les Suisses) de données concernant des milliers de mouvements d’évasion fiscale de contribuables français, puis la déclaration quasi-immédiate par les sénateurs Jean Arthuis et Philippe Marini de leur volonté de faire inscrire la Suisse sur la “liste noire” des paradis fiscaux élaborée suite au G20.

Comme on peut s’en douter, les médias suisses sont en plein emballement aujourd’hui. On peut par exemple lire l’article de Swissinfo intitulé “Crise franco-suisse : Paris pas près de céder” , et s’étonner de voir un passage tel que celui-ci :

“Deux logiques s’affrontent. En France, Eric Woerth, soldat zélé du sarkozysme, s’inspire des cas de l’Italie et des Etats-Unis pour tracer sa propre voie du «rapatriement fiscal». Les procédés de cet ancien auditeur, qui pratique volontiers l’alpinisme, notamment en Suisse, ne brillent pas par leur élégance.”

Donc, selon le journaliste, chercher par tous les moyens (en dehors de la rémunération des “indics” , supprimée depuis quelques années) à récupérer ce qui est normalement dû à un état par les contribuables et citoyens vivant sur son sol et profitant de ce qui est mis à leur disposition par ledit état serait peu élégant.

On se permettra de sourire devant une telle affirmation : là où on attendrait plutôt un profil bas de la part d’un pays dont les habitants savent parfaitement qu’ils jouissent de par leurs lois et leurs petite taille d’une position de parasite fiscal par rapport aux pays environnants (en particulier France et Allemagne) ; on se trouve face à des personnes qui sont outrées par ce jeu du gendarme et du voleur entre états fiscalement floués et paradis fiscaux reconnus.

On se permettra également de rappeler à ces chers Suisses, journalistes ou non, que ceux-ci sont bien mal placés pour donner des leçons d’élégance : quand la banque UBS va racoler le client américain directement sur le territoire des Etats-Unis pour lui proposer des mesures d’évasion fiscale, est-ce élégant ? Quand la Suisse signe juste le nombre nécessaire de conventions fiscales bilatérales (y compris avec d’autres paradis fiscaux) pour revenir sur la “liste blanche” établie lors du G20, est-ce élégant ? Quand la Suisse oppose depuis des décennies des fins de non recevoir aux administrations fiscales étrangères (ou pose des conditions tellement restrictives que l’efficacité de la lutte contre la fraude est réduite à peau de chagrin) , est-ce élégant ?

Faudrait voir à ne pas se moquer du monde non plus… que les Suisses considèrent viable d’être dans une position de parasite fiscal, très bien, mais que ceux-ci se croient également dans leur bon droit et poussent des hauts cris lorsqu’ils se font attraper la main dans le sac dépasse quelque peu les bornes de la bienséance internationale.

"La mise à mort du travail" sur F3 : remarques en vrac

28 octobre 2009 | 1 commentaire

Après avoir vu les deux premières parties de ce documentaire sur France 3 lundi soir, puis lu un billet intitulé “Tout ce que le travail ne devrait pas être”
, je me suis fendu de quelques remarques à propos de ce qui m’avait semblé le plus saillant, avec une certaine rudesse il est vrai. Les voici :

– Les étudiants belges en management passant une journée chez le médecin du travail et voyant bien les ravages de l’organisation actuelle du travail dans les entreprises : “Le problème, c’est que tout ce qu’on nous enseigne tend vers ça : comment isoler les individus, comment en tirer le maximum de productivité, comment chasser les fortes têtes et limiter toute autonomisation ou sentiment de groupe.”

– Le patron de Carglass semble sincèrement croire avoir fondé un modèle d’organisation qui rende les employés heureux. D’autant plus hallucinant lorsqu’il pointe devant les salariés du groupe que ce serait une mauvaise organisation qui provoquerait des dépassements horaires (que le pauvre va finir par payer car les sous-effectifs structurels ne permettent plus un rattrapage dans le temps de ces heures supplémentaires par les employés des centres de réparation) . Encore plus drôle lorsqu’il évacue la question d’un prime de 13ème mois en faisant de la psychologie sociale bas de gamme devant des managers au regard dubitatif, eux qui travaillent plus de cinquante heures par semaine sans jamais en voir les fruits.

– Après l’enquête, les journalistes vont revoir les personnes suivies : le manager de centre carglass démissionne par dépit de ne pas voir ses compétences reconnues (le sous-effectif structurel, très rentable, l’empêchant de faire du management et le plaçant dans un rôle de garde-chiourme de l’urgence permanente) . Les employés du centre d’appel (je pense notamment à l’un d’entre eux qui fera une remarque pertinente sur les grandes entreprises modernes : “On te demande d’aimer ta boite, alors que ta boite te considère comme un mouchoir jetable” ) ont tous démissionné depuis. Le psychologue d’entreprise qui avait pour rôle d’apprendre et de faire intégrer aux managers des centres de réparation des rudiments de psychologies individuelle et de groupe se casse lui aussi pour aller vivre ailleurs (suite au déplacement du siège à La Défense) , pour “donner du sens à sa vie” , pointant que “les choses se sont tellement déshumanisées” . Le seul qui est toujours présent à Carglass, et est même monté en grade (à l’étage supérieur des cadres de direction ) ? Le putain de garde-chiourme du centre d’appel, qui nous montrait avec fierté la nouvelle version du logiciel de surveillance permettant de connaître à la minute près les temps d’appel et de pause (30 min par jour et pas une de plus) , sur place comme dans l’autre centre à des centaines de kilomètres de là… tout est dit.

A noter que le documentaire a été visionné par les cadres de direction de l’entreprise Carglass (au sein de laquelle se sont immergés pendant des mois les journalistes) avant sa diffusion par France 3, provoquant des réactions qu’on peut à tout le moins qualifier de virulentes sur le forum en ligne de la chaîne, ce qu’a noté le site @si dans cet articulet : “Carglass (F3) : des employés contestent le documentaire”

France 3 a d’ailleurs fait un beau boulot d’intégration au web de son documentaire, tant avec un mini-site internet dédié (permettant de voir des vidéos complémentaires de ce reportage en trois parties) qu’avec un forum spécifique sur le sujet, qui voit de très nombreuses interventions souvent enrichissantes sur le sujet, notamment de salariés de Carglass, bien au-delà de ce qu’a sélectionné l’article d’@si qui parlait des réactions avant la diffusion du documentaire. Merci à France 3 pour avoir compris comment internet pouvait enrichir et compléter ses contenus audiovisuels.

A titre d’exemple, voici ce que déclare un employé cadre de l’entreprise Carglass ayant répondu sur un des sujets de ce forum :

“Effectivement en qualité de cadre chez Carglass, j’ai eu la sommation de ne pas répondre au journaliste ainsi que toute mon équipe et ceci par mail très explicite et assez menaçant en cas de divulgation au journaliste.

Ce reportage fera peut-être changer les choses chez Carglass, personnellement je m’en fous pour l’avenir car je suis démissionnaire. Car il n’est plus question pour moi de continuer à travailler pour une entreprise qui pense plus à son profit qu’au bien être de son personnel. Oh oui, le comité directoire à de beaux discours aux conventions , de bonnes idées, mais réellement il n’en font rien.

Nos responsables hiérarchique le disent bien, seul le profit compte, le nombre d’intervention par jour, la productivité au point de tricher sur les horaires des techniciens, le taux de mobiles (intervention à domicile) , peu importe le temps, la croissance….

Je trouve lamentable qu’une entreprise demande une croissance de 8% sur des glaces latérales ou des lunettes arrières, que veulent-ils que l’ont fasse, du casse la nuit, pour leur profit ? Que les techniciens doivent faire au minimum 6 voitures à domicile par jour et tous seuls, peut importe les difficultés. Et souvent ils se retrouvent avec des pare-brises de camion, tel transit, master etc…

Lorsqu’un client vient pour une glace ou une lunette arrière, tout sauf un pare-brise, sur le nombre de voitures il faut que l’on trouve 13% de réparations d’impact. Je trouve cela scandaleux, résultat des techniciens font des impacts pour atteindre ce taux, car quant vous avez 4 glaces de cassées sur une voiture, il faut trouver 4 opportunités de réparation d’impact, complètement débile. Ou bien ont vous demande 8% d’optique sur le nombre de voiture. Oui on ne nous met pas le couteau sous la gorge pour atteindre cet objectif, mais si vous ne les avez pas vous êtes la honte de la région. On vous appelle, ou vous submerge de mails etc… Attention, on vous dit de ne pas tricher, sinon licenciement, mais quant on vous dit “quant il n’y a pas de réparation d’impact, il y en a un” vous comprenez la suite.

On doit aussi faire 40% de vente de balais sur le nombre d’interventions, c’est honteux. Alors merci de mettre ce reportage en ligne, j’espère que cela aidera ceux qui restent chez Carglass. Pourquoi Carglass est fier de faire partie des rares entreprises ayant de la croissance +20% cette année, avec leur pression, ils y arrivent.

Une anecdote “le directeur général” de Carglass actuel lorsqu’il était “directeur des ressources humaines” disait lui-même que c’était une boite de m*****, ce sont ses propre propos et pourtant il est DG. Un DG complètement incompétent, je préfère de loin le Directeur des Opérations, beaucoup plus HUMAIN.

A votre avis pourquoi Carglass nous bombe de pub radio et TV, je vais vous le dire, car Carglass souhaite que lorsqu’un client à un sinistre, il vient nous voir directement sans passer par son assureur et hop une intervention. Car si l’assuré passe par son assureur, celui-ci, et de plus en plus, va l’envoyer à la concurrence. Car avec les assurances Carglass c’est très nuageux, on perd de plus en plus d’agrément. Plus d’agrément MAIF, plus d’agrément bientôt de MACIF et prochainement MATMUT car ces compagnies fusionnent.

En bref, un peu d’actualité sur Carglass fera certainement changer leur politique managériale.

Chaîne de blogs : le pourquoi du comment d’un nom de blog

23 septembre 2009 | Pas de commentaire

Cité par Arnaud, auteur aussi parcimonieux que moi du blog Quindi, qui n’aime pas les chaînes de blog mais les propage tout de même, je poursuis sur ce support la chaîne ô combien nécessaire – je rigole, bien sûr – lancée par Skeptikos et consistant à citer cinq blogs dont le nom est marquant.

Apparemment, les cités doivent également se fendre de quelques explications, forcément égotistes. Pourquoi Miscellanée de réflexions, donc ? Mon blog n’avait à l’époque aucune ligne définie – en a-t-il une aujourd’hui, rien n’est moins sûr – , toutefois je savais que je voulais y mettre mes réflexions. Le mot miscellanée, rare, peu usité et dont je trouve la sonorité délicieuse, me semblait suffisamment intriguant et pompeux pour relever le terme réflexion, lui excessivement commun et peu apte à marquer le visiteur.

Comme je ne suis pas méchant, je m’abstiens de faire passer cette chaîne à d’autres (n’est-ce pas Arnaud ? ) . Par ailleurs, nombreux sont les blogueurs qui ont déjà expliqué le pourquoi du comment, de
manière parfois extensive
.

Billets plus anciens »
Contrat Creative Commons.

Contact

moktarama[at]gmail.com

Flux RSS

Recherche