Miscellanée de réflexions

"La mise à mort du travail" sur F3 : remarques en vrac

28 octobre 2009 | 1 commentaire

Après avoir vu les deux premières parties de ce documentaire sur France 3 lundi soir, puis lu un billet intitulé “Tout ce que le travail ne devrait pas être”
, je me suis fendu de quelques remarques à propos de ce qui m’avait semblé le plus saillant, avec une certaine rudesse il est vrai. Les voici :


- Les étudiants belges en management passant une journée chez le médecin du travail et voyant bien les ravages de l’organisation actuelle du travail dans les entreprises : “Le problème, c’est que tout ce qu’on nous enseigne tend vers ça : comment isoler les individus, comment en tirer le maximum de productivité, comment chasser les fortes têtes et limiter toute autonomisation ou sentiment de groupe.”



- Le patron de Carglass semble sincèrement croire avoir fondé un modèle d’organisation qui rende les employés heureux. D’autant plus hallucinant lorsqu’il pointe devant les salariés du groupe que ce serait une mauvaise organisation qui provoquerait des dépassements horaires (que le pauvre va finir par payer car les sous-effectifs structurels ne permettent plus un rattrapage dans le temps de ces heures supplémentaires par les employés des centres de réparation) . Encore plus drôle lorsqu’il évacue la question d’un prime de 13ème mois en faisant de la psychologie sociale bas de gamme devant des managers au regard dubitatif, eux qui travaillent plus de cinquante heures par semaine sans jamais en voir les fruits.



- Après l’enquête, les journalistes vont revoir les personnes suivies : le manager de centre carglass démissionne par dépit de ne pas voir ses compétences reconnues (le sous-effectif structurel, très rentable, l’empêchant de faire du management et le plaçant dans un rôle de garde-chiourme de l’urgence permanente) . Les employés du centre d’appel (je pense notamment à l’un d’entre eux qui fera une remarque pertinente sur les grandes entreprises modernes : “On te demande d’aimer ta boite, alors que ta boite te considère comme un mouchoir jetable” ) ont tous démissionné depuis. Le psychologue d’entreprise qui avait pour rôle d’apprendre et de faire intégrer aux managers des centres de réparation des rudiments de psychologies individuelle et de groupe se casse lui aussi pour aller vivre ailleurs (suite au déplacement du siège à La Défense) , pour “donner du sens à sa vie” , pointant que “les choses se sont tellement déshumanisées” . Le seul qui est toujours présent à Carglass, et est même monté en grade (à l’étage supérieur des cadres de direction ) ? Le putain de garde-chiourme du centre d’appel, qui nous montrait avec fierté la nouvelle version du logiciel de surveillance permettant de connaître à la minute près les temps d’appel et de pause (30 min par jour et pas une de plus) , sur place comme dans l’autre centre à des centaines de kilomètres de là… tout est dit.


A noter que le documentaire a été visionné par les cadres de direction de l’entreprise Carglass (au sein de laquelle se sont immergés pendant des mois les journalistes) avant sa diffusion par France 3, provoquant des réactions qu’on peut à tout le moins qualifier de virulentes sur le forum en ligne de la chaîne, ce qu’a noté le site @si dans cet articulet : “Carglass (F3) : des employés contestent le documentaire”

France 3 a d’ailleurs fait un beau boulot d’intégration au web de son documentaire, tant avec un mini-site internet dédié (permettant de voir des vidéos complémentaires de ce reportage en trois parties) qu’avec un forum spécifique sur le sujet, qui voit de très nombreuses interventions souvent enrichissantes sur le sujet, notamment de salariés de Carglass, bien au-delà de ce qu’a sélectionné l’article d’@si qui parlait des réactions avant la diffusion du documentaire. Merci à France 3 pour avoir compris comment internet pouvait enrichir et compléter ses contenus audiovisuels.

A titre d’exemple, voici ce que déclare un employé cadre de l’entreprise Carglass ayant répondu sur un des sujets de ce forum :

“Effectivement en qualité de cadre chez Carglass, j’ai eu la sommation de ne pas répondre au journaliste ainsi que toute mon équipe et ceci par mail très explicite et assez menaçant en cas de divulgation au journaliste.

Ce reportage fera peut-être changer les choses chez Carglass, personnellement je m’en fous pour l’avenir car je suis démissionnaire. Car il n’est plus question pour moi de continuer à travailler pour une entreprise qui pense plus à son profit qu’au bien être de son personnel. Oh oui, le comité directoire à de beaux discours aux conventions , de bonnes idées, mais réellement il n’en font rien.

Nos responsables hiérarchique le disent bien, seul le profit compte, le nombre d’intervention par jour, la productivité au point de tricher sur les horaires des techniciens, le taux de mobiles (intervention à domicile) , peu importe le temps, la croissance….



Je trouve lamentable qu’une entreprise demande une croissance de 8% sur des glaces latérales ou des lunettes arrières, que veulent-ils que l’ont fasse, du casse la nuit, pour leur profit ? Que les techniciens doivent faire au minimum 6 voitures à domicile par jour et tous seuls, peut importe les difficultés. Et souvent ils se retrouvent avec des pare-brises de camion, tel transit, master etc…



Lorsqu’un client vient pour une glace ou une lunette arrière, tout sauf un pare-brise, sur le nombre de voitures il faut que l’on trouve 13% de réparations d’impact. Je trouve cela scandaleux, résultat des techniciens font des impacts pour atteindre ce taux, car quant vous avez 4 glaces de cassées sur une voiture, il faut trouver 4 opportunités de réparation d’impact, complètement débile. Ou bien ont vous demande 8% d’optique sur le nombre de voiture. Oui on ne nous met pas le couteau sous la gorge pour atteindre cet objectif, mais si vous ne les avez pas vous êtes la honte de la région. On vous appelle, ou vous submerge de mails etc… Attention, on vous dit de ne pas tricher, sinon licenciement, mais quant on vous dit “quant il n’y a pas de réparation d’impact, il y en a un” vous comprenez la suite.



On doit aussi faire 40% de vente de balais sur le nombre d’interventions, c’est honteux. Alors merci de mettre ce reportage en ligne, j’espère que cela aidera ceux qui restent chez Carglass. Pourquoi Carglass est fier de faire partie des rares entreprises ayant de la croissance +20% cette année, avec leur pression, ils y arrivent.



Une anecdote “le directeur général” de Carglass actuel lorsqu’il était “directeur des ressources humaines” disait lui-même que c’était une boite de m*****, ce sont ses propre propos et pourtant il est DG. Un DG complètement incompétent, je préfère de loin le Directeur des Opérations, beaucoup plus HUMAIN.

A votre avis pourquoi Carglass nous bombe de pub radio et TV, je vais vous le dire, car Carglass souhaite que lorsqu’un client à un sinistre, il vient nous voir directement sans passer par son assureur et hop une intervention. Car si l’assuré passe par son assureur, celui-ci, et de plus en plus, va l’envoyer à la concurrence. Car avec les assurances Carglass c’est très nuageux, on perd de plus en plus d’agrément. Plus d’agrément MAIF, plus d’agrément bientôt de MACIF et prochainement MATMUT car ces compagnies fusionnent.

En bref, un peu d’actualité sur Carglass fera certainement changer leur politique managériale.

Contrat Creative Commons.

Contact

moktarama[at]gmail.com

Flux RSS

Recherche